fbpx
Billetterie

Les nouvelles façons de collaborer

Les nouvelles façons de collaborer

Le digital a-t-il instauré de nouvelles façons de collaborer ?

Les 5 dernières années ont représenté un tournant, non seulement pour les métiers existants dans le numérique, mais aussi et surtout dans les méthodes de management, de travail et de collaboration. Mettons de côté l’explosion du nombre de travailleurs indépendants (+126% depuis 2007)

Intéressons nous aux différentes mouvances apparues dans le monde de l’entreprise ces dernières années :

Tout d’abord, on parle de plus en plus des « entreprises libérées« , d ‘ »employee advocacy ». Qu’est-ce-que cela signifie exactement ?

C’est tout simplement la démarche de remettre l’humain au centre de son fonctionnement, en laissant ses salariés prendre des initiatives individuelles et en les encourageant à se positionner comme acteurs, voire même ambassadeurs, de l’entreprise. Le but : instaurer un climat de confiance et de reconnaissance, et bien sûr faire évoluer l’entreprise par des initiatives collectives porteuses d’innovation. Mais comment le faire, et est-ce que ça marche vraiment ?

—> On en débattra en table ronde le 24 octobre !

Autre évolution des méthodes de collaboration : les entreprises envisagent de revoir complètement leur relation avec leurs employés. On parle souvent d' »agilité », ce terme ayant tendance à être employé à tout, voire même mauvais escient et menant parfois à l’ésotérique « Scrum ». De quoi parle-t-on, alors ?

L’agilité, c’est un nouveau mode de gestion de projet, censé être plus efficace et, au passage, plus respectueux des mécanismes humains. Bien que s’ouvrant à toutes les entreprises, la méthode agile est particulièrement appréciée et courtisée dans le secteur informatique. On la qualifie d' »innovation sociale » (Bernard Stiegler). Bon, mais concrètement ?

Pour comprendre, citons les 4 valeurs du manifeste de l’agilité :

  • Les interactions entre les individus plutôt que les outils et les processus
  • La collaboration avec les clients plutôt que la négociation contractuelle
  • La fourniture du produit attendu utilisable au plus tôt versus sa documentation exhaustive
  • L’acceptation du changement des besoins et la réactivité plutôt que la planification rigide.

On privilégie, en méthode agile, la valeur métier et surtout, on valorise l’individu. De quoi inquiéter certaines entreprises aux méthodes traditionnelles, centrées sur la productivité et hantées par la deadline client.

—> Pas de panique, le 25 octobre on verra comment prendre un engagement contractuel tout en restant agile.

Enfin, parlons de la base, le début, l’origine : le recrutement. Parce que les méthodes de recrutement ont évolué avec les métiers, en particulier dans le numérique qui connaît un boom de l’emploi (+1,8% de créations d’emplois par rapport à la moyenne nationale)

On en a (vaguement) parlé, les modes de collaboration évoluent, les choix d’entrepreneuriat explosent, et les entreprises se réinventent pour attirer le chaland, pardon, le candidat. Alors comment s’adresser à ces nouveaux travailleurs ? Comment recruter, fidéliser et motiver ses salariés pour les inciter à s’engager dans son entreprise ?

—> Le 24 octobre on développe le sujet en table ronde, en toute agilité promis.

 

Stay tuned, les évolutions du monde de l’entreprise ne font que commencer !

Reste dans le coin, d’autres articles sont à découvrir !
<