fbpx
Programme Billetterie
Business

Causes et enjeux du populisme numérique

Mercredi 13/11 11:30 → 12:30 Auditorium Lumière

Nous sommes au coeur de la quatrième révolution industrielle. Le numérique bouleverse les acteurs traditionnels et est en train de redéfinir nos modes de vie : consommation, transport, divertissement, santé, éducation… Tous ces changements sont plus ou moins maîtrisés par les utilisateurs et échappent aux pouvoirs publics. Il en résulte un sentiment d’exclusion : l’impression de ne plus être maître de son quotidien, de se sentir épié et manipulé. Des peurs latentes parfaitement exploitées par des individus aux motivations troubles, en quête d’exposition médiatique.

Le capitalisme de surveillance et la bulle de filtres sont une réalité à laquelle nous sommes tous confrontés, mais qui n’est pas très différente de ce qui existait au XXe siècle où les géants de la distribution et des médias avaient un contrôle absolu sur l’accès aux produits et à l’information. Certes, minimiser les dérives du numérique serait une grave erreur, mais les dramatiser pour faire peur afin de capter l’attention est une pratique qui a une dangereusement tendance à se répandre, car elle fonctionne bien !

La question à se poser pour pouvoir mieux accepter l’environnement dans lequel nous vivons maintenant est de savoir si le numérique améliore ou détériore notre quotidien. Si le phénomène de rejet du numérique et la défiance envers les GAFAM trouvent leur origine dans une adoption trop rapide de nouvelles technologies disruptives (smartphones, objets connectés, intelligences artificielles…), faut-il les craindre pour autant ? Quelles sont les victimes directes et indirectes du populisme numérique ? A qui profite l’obscurantisme numérique ?

Celles et ceux qui font l’exercice de prendre du recul et de mesurer les apports et préjudices du numérique peuvent facilement se rendre compte que le web et plus généralement les NTIC sont source de progrès pour l’humanité. Le phénomène de rejet du numérique et la défiance envers les GAFAM trouvent leur origine dans une adoption trop rapide de nouvelles technologies disruptives : Smartphones, objets connectés, intelligences artificielles… sont autant d’innovations qui nous facilitent le quotidien, mais nous font peur, car nous n’en comprenons pas bien le fonctionnement et les limites.

Au final, le meilleur moyen de neutraliser les marchands de peur et autres prophètes de la déchéance technologique est de faire un effort pédagogique pour ré-éduquer les utilisateurs et les armer contre les nouvelles menaces : harcèlement, piratage, manipulation de l’opinion…

<